Breaking News
Home » Cinéma » Wadjda, film-vedette

Wadjda, film-vedette

Le film saoudien «Wadjda», de la réalisatrice Haifaa Al-Mansour, a déjà reçu un accueil enthousiaste de la communauté cinématographique internationale.

Après avoir reçu le prix du meilleur premier film international au Festival international du film de Vancouver 2013, il a été nominé dans plusieurs festivals :

Festival du film de Sydney 2013
British Independent Film Awards 2013 : meilleur film indépendant international
Washington D.C. Area Film Critics Association Awards 2013 :
Meilleur espoir pour Waad Mohammed
Meilleur film en langue étrangère
Festival international du film de Palm Springs 2014
British Academy Film Awards 2014 : meilleur film en langue étrangère
Critics’ Choice Movie Awards 2014 : meilleur film en langue étrangère
Independent Spirit Awards 2014 : meilleur premier film
Satellite Awards 2014 : meilleur film en langue étrangère
Le film, drôle et sensible, raconte l’histoire d’une adolescente de 12 ans,  incarnée par l’excellente Waad Mohammed, qui rêve de s’acheter une bicyclette pour faire la course avec son ami  Abdallah. Devant le refus de ses parents,  la petite rebelle décide de participer à un concours de récitation du Coran doté d’un prix qui lui permettrait de s’offrir le vélo tant convoité. Une chronique de la vie quotidienne à Riyadh,
Wadjda, qui a été accueilli avec enthousiasme à la Mostra de Venise 2012, a déjà obtenu le prix du meilleur long métrage arabe, et le prix de la meilleure interprétation féminine au festival de Dubaï, ainsi que le Prix France Culture Cinéma (catégorie révélation) au festival de Cannes.
Le film de Haifaa Al-Mansour vient d’être sélectionné pour représenter l’Arabie saoudite aux Oscars 2014, dans la catégorie meilleur film étranger.
«Une première pour le Royaume», indique Sultan Al-Bazie, directeur du comité officiel de sélection et chef de l’Association saoudienne pour les Arts et la Culture.
Si la réalisatrice de 38 ans, diplômée des universités du Caire et de Sydney, a dû se montrer particulièrement discrète lors du tournage du film dans les rues de Riyadh, afin de ne pas choquer les plus traditionalistes, il s’agit peut-être de l’émergence d’un cinéma saoudien, encore pratiquement inexistant.
Pourtant, l’Arabie Saoudite ne manque pas de bons comédiens, comme les stars de la télévision saoudienne Nasir Al-Gasabi et Abdul-Allah Al-Sadhan, les héros de la série satirique «Tash ma tash». Reste que le film ne sera vu par les spectateurs saoudiens que par les DVD, puisqu’il n’existe pas encore de salles de cinéma dans le pays.

Check Also

LES SAOUDIENNES AU VOLANT !

L’Arabie Saoudite était, jusqu’à présent, le seul pays au monde où les femmes n’ont pas …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *