Breaking News
Home » Actualités » UN SECTEUR MINIER EN PLEIN DÉVELOPPEMENT

UN SECTEUR MINIER EN PLEIN DÉVELOPPEMENT

Sous le sable saoudien, il y a du pétrole certes mais aussi de nombreux minéraux jusqu’ici peu exploités. 1273 gisements de métaux précieux (dont or et argent) ont ainsi été identifiés et 1171 gisements de métaux non-précieux (source UbiFrance). Avec le pétrole et la pétrochimie, l’Arabie saoudite veut faire de son secteur minier le troisième pilier de son économie.

 

C’est Maaden, (Saudi Arabian Mining Company) société semi-publique, dixième groupe minier mondial par capitalisation, qui sera l’acteur essentiel de cette diversification économique, seule ou en joint-venture. Cinquantième producteur d’or au monde (source Metals Focus Ltd, l’Arabie saoudite produit également du cuivre et du zinc mais ce sont les réserves de phosphate et de bauxite qui donnent le plus d’espoir au Royaume qui ambitionne de devenir à terme l’un des principaux producteurs d’engrais phosphatés et l’un des leaders régionaux de la production d’aluminium.

 

C’est à Ras Al Khair, immense complexe industriel récemment sorti de terre à 80 kms au nord de Jubail (le long du Golfe arabo-persique) que se joue cette diversification attendue. Grâce au rail, le site est relié aux mines de Jalamid (phosphate) et Al Baitha (bauxite) mais aussi au nouveau site de Wa’ad Al Shammal, près de la frontière jordanienne au nord-est de Turaif, qui transforme le minerai de phosphate au plus près de la mine. Ras Al Khair abrite également la plus grande fonderie d’aluminium au monde, développée en partenariat avec le géant américain Alcoa.

 

Ouvert à l’investissement étranger, le secteur minier est en plein développement et présente de nombreuses opportunités pour les entreprises privées. Selon le plan Vision 2030, le secteur devrait générer pas moins de 100 000 emplois et contribuer à hauteur de 70 milliards de USD au PIB saoudien. 2018 devrait voir le démarrage d’un troisième projet de phosphate à Wa’ad Al Shammal (à pleine capacité, la production d’engrais fertilisants va doubler, à 6 millions de tonnes par an) alors que la production d’aluminium va continuer à monter en puissance.

Comme l’indiquait le Prince héritier Mohammed bin Salman, l’Arabie saoudite s’est lancé un défi : mettre fin à son addiction au pétrole. Les grands projets miniers en sont l’illustration.

 

Check Also

MOHAMMED BEN SALMAN À PARIS

Le prince héritier d’Arabie Saoudite Mohammed ben Salmane viendra en visite officielle en France les …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *