Breaking News
Home » Actualités » LA VISITE DE MOHAMMED BEN SALMAN À PARIS

LA VISITE DE MOHAMMED BEN SALMAN À PARIS

Mohammad ben Salman

Quel bilan pour la visite du Prince héritier Mohammed ben Salman ?

Du 8 au 10 avril La France accueillait le Prince Héritier Mohammed ben Salman. Après avoir été reçu dimanche 8 à Paris par le ministre des Affaires étrangères Jean-Yves Le Drian, il a dîné en tête à tête au musée du Louvre avec Emmanuel Macron, qui a abordé la politique régionale de la France, laquelle n’est pas, sur tous les points, au diapason de celle de l’Arabie Saoudite. Le Président de la République a notamment insisté sur le fait qu’il « parle à tout le monde » selon les termes du communiqué de l’Elysée. La France entretient en effet des relations suivies avec l’Arabie Saoudite, mais aussi avec son «ennemi » iranien, avec lequel les Saoudiens sont engagés dans un interminable bras de fer pour la maîtrise de l’influence régionale.

Mohammed ben Salman, quant à lui, suit une ligne politique convergente avec celle de Washington. Donald Trump souhaite dénoncer l’accord international sur le nucléaire iranien de 2015 et menace de s’en retirer d’ici le 12 mai. L’Europe et la France espèrent au contraire sauver cet accord. C’est cette position qu’Emmanuel Macron a exposé au cours du dîner.

Fidèle à sa volonté de ne rien occulter des divergences d’opinion, comme il l’a démontré lors de son séjour à Washington, Emmanuel Macron a naturellement abordé le sujet de la guerre menée par l’Arabie Saoudite au Yémen contre les rebelles houthis soutenus par Téhéran . D’autant que plusieurs ONG dénonçaient au même moment les ventes d’armes françaises à Ryadh, soupçonnées d’être utilisées au Yémen.

Sur ce point, l’Arabie Saoudite affiche une volonté claire d’assurer sa sécurité, et ce en conformité avec les accords internationaux. C’est d’ailleurs dans ce cadre que s’inscrit l’intervention militaire au Yémen, qui a pour objectif, selon les autorités saoudiennes, venir à bout des milices Houthis, armées par l’Iran qui menacent la sécurité du Royaume. Une position renforcée par le récent envoi de missiles sur la capitale Ryadh.

Au cours de ce premier entretien, les deux dirigeants ont souhaité initier une nouvelle orientation de leurs relations bilatérales, traditionnellement bâties sur la signature de gros contrats.

 

Lundi 9 avril

Edouard Philippe invitait le Prince Mohammed ben Salman à un déjeuner à Matignon, en présence de certains ministres, dont M. Le Drian, Ministres des Affaires Etrangères.
C’est surtout des projets d’ordre culturels et diplomatiques qui ont été évoqués . Un échange que le Prince souhaitera prolonger l’après-midi même dans sa résidence parisienne, où la Ministre des Armées, Florence Parly, homologue de Mohammed ben Salan, puisque celui-ci est également Ministre de la Défense, était également invitée.

Concernant le volet culturel, la ministre de la Culture, Françoise Nyssen, a annoncé qu’un accord avait été signé avec l’Opéra de Paris pour aider l’Arabie saoudite dans l’élaboration d’un orchestre national et d’un opéra.

L’Arabie Saoudite va également participer pour la première fois au Festival de Cannes, en présentant une sélection de des courts-métrages.

Dans l’optique de développer le tourisme dans le Royaume, jusque là pratiquement limité aux voyages à objectifs religieux, un accord est signé pour la mise en valeur du patrimoine archéologiques de région d’Al-Ula, dans le Nord-Ouest du pays, qui abrite notamment les fameux vestiges Nabathéens d’Hegra à Madain Saleh, le site de Dadab (Al-Khuraybah), et de spectaculaires canyons taillés dans le sable.

 

Mardi 10 avril

La partie « officielle » du voyage s’est tenue le mardi 8 avril à l’Elysée. 19 protocoles d’accord ont été signés entre des entreprises françaises et saoudiennes pour une valeur totale de plus de 18 milliards de dollars. Ils concernent les secteurs culturels évoqués plus haut, mais aussi bien sûr les secteurs industriels comme la pétrochimie et le traitement de l’eau, ou bien la santé et l’agriculture.

Un projet conclu entre le français Total et le saoudien Aramco porte sur un investissement, estimé à environ 5 milliards de dollars, qui permettra de développer le site à Jubail, dans l’est du pays, où se trouve déjà la plus grosse raffinerie de Total dans le monde.

D’autres accords concernent les groupes Suez, Veolia, Schneider Electric, Safran, Orange et JC Decaux. Lee fonds d’investissement franco-saoudien Five Capital (filiale de la Caisse des dépôts) a annoncé ses deux premiers investissements avec Webedia et Suez. Emmanuel Macron a annoncé qu’il se rendra en Arabie saoudite « en fin d’année » pour finaliser ces contrats.

Si la France occupe une bonne position sur le marché de l’armement, avec 7 milliards de dollars d’engagement, au niveau des échanges économiques globaux, elle est à la traîne. Aaec un part de marché de 3%, elle se situe loin derrière les États-Unis, la Chine, le Japon, la Grande-Bretagne, et l’Allemagne et le Japon. Pourtant, le France possède de sérieux atouts, notamment en matière de technologies de pointe, de développement durable, de traitement de l’eau, de transport.

 

Check Also

Metro en Arabie Saoudite

L’Arabie Saoudite fait appel à la RATP

L’exploitation et la maintenance des nouvelles lignes de metro actuellement en construction à Riyadh ont …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *