Breaking News
Home » À lire » La révolution sous le voile – Clarence Rodriguez
Clarence Rodriguez

La révolution sous le voile – Clarence Rodriguez

La révolution sous le voile (Editions First) de Clarence Rodriguez : Les femmes saoudiennes se racontent
Clarence Rodriguez vit en Arabie Saoudite depuis presque 10 ans. Elle est journaliste, correspondante pour Radio France, France TélévisionTV5 MondeBFMTVMatchLe Parisien, le JDD.

Elle vient de publier aux éditions First une série de portraits de femmes saoudiennes remarquables, sous le titre : « La révolution sous le voile ».

La révolution sous le voileDans un pays, non pas en pleine « révolution culturelle », car, selon les termes même de l’auteur, les femmes saoudiennes restent très attachées à leurs traditions, mais en pleine « évolution culturelle », de plus en plus de femmes accèdent à des postes de haute responsabilités, et deviennent de véritables figures nationales.

Parmi ces femmes , à la réussite particulièrement symbolique :

Haifaa Al-Mansour, la réalisatrice du film Wadjda

Sarah al-Souhaïmi, qui vient d’être nommée à la tête d’une banque d’investissement.

Soumayya Jabarti, rédactrice en chef du quotidien national Saudi Gazette.

Madeha Al-Asjroush, psychologue et photographe.

Manar Al-Sharif, à l’origine de la campagne Women to Drive

Wodjan Shaherkani, la jeune judoka qui a participé aux JO de Londres

La princesse Adela, fille du roi, qui contribue largement à ce que femmes prennent leur place au sein du Royaume.

Une inévitable évolution

Les autorités saoudiennes le reconnaissent : le pays, attaché à des traditions ancestrales,  a encore un long chemin à faire dans la voie de l’émancipation des femmes. Le Roi Abdallah doit faire face à l’inertie des conservateurs, mais il sait que le pays, démographiquement de plus en plus jeune,  ne peut aborder sereinement le 21ème siècle en se privant des compétences d’une partie essentielle de sa population.

L’évolution du statut de la femme se fait discrètement, mais sûrement. Le pouvoir des muttawas, la police religieuse,  est mieux encadrée, et les murs qui séparent les hommes et les femmes s’estompent progressivement.

Les pays occidentaux, où l’on juge sévèrement le statut de la femme en Arabie Saoudite, oublient que les femmes n’ont obtenu la plénitude de leurs droits, comme celui de voter ou de posséder un compte bancaire sans l’autorisation du mari, que très récemment. Et encore, l’octroi de ces droits n’a pas été le fait des Etats, mais obtenu par les femmes elles-mêmes, après des luttes parfois violentes.

Comment s’étonner alors qu’un Etat qui a moins de 100 ans d’existence en soit encore au stade de la lutte des femmes pour leurs libertés ?

Un combat de femmes musulmanes

Les récentes initiatives des saoudiennes pour le droit de conduire, par exemple, sont l’exemple de cette volonté d’accès à la citoyenneté pleine et entière, que les femmes veulent accomplir à leur manière, dans le respect de leurs propres traditions, et non en suivant un quelconque modèle venu d’ailleurs.

Comme le souligne Clarence Rodriguez, ces femmes qui se battent sont aussi profondément musulmanes. Elles veulent se débarrasser du tutorat des hommes, et recouvrer les droits que l’Islam a été la première à leur donner du temps du Prophète.

C’est dans cet esprit, à la fois de modernité et de strict respect de la voie coranique, que la fille du roi Abdallah a permis de faire considérablement progresser le statut des Saoudiennes : grâce à elle, les femmes peuvent devenir avocates, chercheuses, diplomates, ingénieures, vendeuses.

Le changement s’opère en Arabie Saoudite, grâce à un programme d’investissements technologiques, culturels, éducatifs. Il prend vie également, de manière (trop ?) progressive dans le changement des mentalités.

 

Révolution sous le voile, de Clarence Rodriguez (Ed. First), 16,95 euros

Check Also

Metro en Arabie Saoudite

L’Arabie Saoudite fait appel à la RATP

L’exploitation et la maintenance des nouvelles lignes de metro actuellement en construction à Riyadh ont …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *