Breaking News
Home » HISTOIRE » La création de l’Arabie Saoudite

La création de l’Arabie Saoudite

Les origines

Les racines de la Maison des Al Saoud remontent à l’Antiquité, au cœur de la péninsule arabique. Elles est originaire de l’ancienne tribu arabe des Banu Hanifa, conduite par Banu Bakr, fils de Wa’il qui descendait de la branche Rabi’ah des tribus Adnanites, une confédération tribale historiquement situé dans le Najd.

La terre d’origine des Banu Hanifa était Wadi al-irdh, ou Wadi Alyamamah, qui prendra le nom de la tribu (Wadi Hanifa-) à l’aube de l’Islam.

Le premier État saoudien [1157 – 1233 AH / 1744 – 1818 AD]

Au début du 18e siècle, la péninsule arabique connait une situation politique particulièrement instable, avec une multiplicité de petits Etats rivaux, éparpillés sur le territoire.

Ad Dir'iya
Ad Dir’iya

Le premier État saoudien est créé en 1157 AH / 1744 AD à Al-Dir’iya, par l’imam Muhammad bin Saud, à la suite de sa rencontre avec le Cheikh Mohammed Ibn Abdul Wahab, un prédicateur défenseur d’une vision rigoriste de l’Islam. Ensemble, ils concluent un pacte fondé sur l’indissociabilité de la loi islamique et du pouvoir politique.

Le royaume de Dir’iya devient un Etat structuré, doté d’institutions administratives et judiciaires, d’un système d’éducation, et étend progressivement son influence sur l’ensemble de la péninsule arabique.
Il sera successivement dirigé par :
Muhammad ibn Saoud, (1157 – 1179 AH / 1744-1765 AD)
Abdul Aziz ibn Muhammad ibn Saoud (1179-1218 H / 1765-1803 AD)
Saoud ibn Abdul Aziz ibn Muhammad ibn Saoud (1218-1229 H / 1803-1814 AD)
Abdullah bin Saoud (1229-1233 H / 1814-1818 AD)

En 1233 AH / 1818 AD, les troupes ottomanes envahissent la péninsule arabique, sous le commandement d’Ibrahim Pacha, le fils de Mehemet Ali Pacha, gouverneur d’Egypte. Ibrahim Pacha assiège Al-Dir’iya, qu’il finit par prendre et détruire, mettant ainsi fin au premier Etat Saoudien.

Le deuxième État saoudien [1240 – 1309 AH / 1824 – 1891 AD]

Malgré la destruction de Dir’yia et l’occupation ottomane, les tribus bédouines de la région restent fidèles aux Saud, qui s’emploient à rétablir leur Etat.

Une première tentative a lieu en 1235 AH / 1820 AD sous l’Emir Saud bin Mishari, mais le projet échoue après quelques mois.
Turki bin Abdullah bin Mohammed bin Saoud mène alors la révolte contre les troupes occupantes en 1821 et rétablit sa tribu à Riyad, à quelques kilomètres de Dir’iya. En 1240 AH / 1824 AD, il crée le deuxième État saoudien, avec pour capitale, Riyadh.
Cet état reste fidèle au pacte conclu entre Al Saoud et Abdel Wahab, et se développe rapidement, sur les mêmes bases que le précédent.Les Al Saoud regagnent les territoires perdus, à l’exception du Hejaz, et de l’Émirat de Haïl où le clan Al Rachid prend le pouvoir en 1835.

Le 2ème Etat Saoudien sera successivement dirigé par :
Turki bin Abdullah bin Mohammed bin Saud: 1240 – 1249 AH / 1824 – 1834 AD.
Turki bin Faisal: première période: 1250 – 1254 AH / 1834 – 1838 AD. Deuxième période: 1259 – 1282 AH / 1843 – 1865 AD.
Abdullah bin Faisal bin Turki: Première période: 1282 – 1288 AH / 1865 – 1871 AD
Saud bin Faisal bin Turki: 1288 – 1291 AH / 1871 – 1875 AD
Abdul Rahman bin Faisal bin Turki: Première période: 1391 – 1393 AH / 1875 – 1876 AD.
Abdullah bin Faisal bin Turki: Deuxième période: 1293 – 1305 AH / 1876 – 1887 AD
Abdul Rahman bin Faisal bin Turki: Deuxième période: 1307 – 1309 AH / 1889 – 1891 AD.

En 1891, Saoud ben Abdelaziz Al Rachid, l’Emir de Hail, décide de mettre fin au royaume saoudien. Soutenu par les Ottomans, il bat les Al Saoud à la bataille de Mulayda dans la région de Qassim. La famille Al Saoud est obligée de s’exiler au Koweït, alors protégé par la Grande-Bretagne, ennemie de l’Empire ottoman.

Le troisième État saoudien

Abdulaziz Al SaudDepuis le Koweït, le jeune Abdulaziz bin Abdul Rahman bin Faisal Al Saud organise la reconquête de Riyadh et du Nejd. Dans la nuit du 15 au 16 janvier 1902, Abdelaziz s’empare de Riyad.En 1904, Abdelaziz s’empare de l’oasis de Buraydah, capitale de la région du Qasim, au nord du Nejd.
En 1912, Abdelaziz constitue un corps militaire, les « Ikhwan » (Les Frères) qui lui permet de reprendre graduellement le pouvoir dans la majeure partie de la péninsule. En 1912, Abdelaziz s’empare de la province du Hasa (Al-Hasa), dans l’est, dont la population est majoritairement chiite.

Son poids politique est reconnu par les Ottomans, qui finissent par le nommer wali (« préfet »)du Nedj.

Avec le déclenchement de la Première Guerre mondiale, Abdelaziz se rapproche graduellement des Britanniques. Un traité de coopération est signé avec ces derniers en 1915. Il s’en méfie pourtant, et prend également attache avec les américiains qui viennent, en secret, sonder les ressources potentielles du sol nedjien.

En novembre 1921, Abdelaziz prend sa revanche sur les Al Rachid, et s’empare de l’oasis de Haïl. Abdelaziz prend le titre de sultan du Nejd.

A l’Ouest de la péninsule, le Hedjaz est dirigé par Hussein, chef des Hachémites, et Chérif de La Mecque. Celui-ci s’allie aux britanniques afin de profiter de la 1ère guerre mondiale pour se défaire de l’occupation ottomane. Pour les alliés, une révolte arabe permettait que les Ottomans, qui se sont rangés du côté des nations de l’Axe, n’ouvrent un front oriental. Grâce à l’entremise du Colonel Thomas Edward Lawrence, plus connu sous le nom de Lawrence d’Arabie, il obtient, des britanniques, les moyens de s’allier les tribus voisines, notamment celle de Howeitats, menées par le chef Aouda Abu Tayi . La Révolte Arabe permet de repousser les Ottomans, grâce, notamment à la prise d’Aqaba. Mais la trahison des alliés britanniques et français, qui renient leurs promesses et se partagent les restes de l’Empire ottoman au Traité de Versailles, affaiblit Hussein. Une trahison qui sera d’ailleurs lourde de conséquence sur les conflits futurs du Proche Orient.

Les partisans d’Abdelaziz renversent les Hachémites à la seconde bataille de La Mecque. Le 13 octobre 1924, Abdelaziz entre à La Mecque vêtu en pèlerin (sans revendiquer, contrairement à Hussein, le titre de calife). Le port de Jeddah est conquis peu après, et la conquête du Hedjaz est achevée en 1925.

Le 2 novembre 1925, les Al Saoud et les Britanniques signent le traité de Hadda, destiné à délimiter les frontières entre le domaine des Saoud et la toute nouvelle Transjordanie. La dernière grande conquête a lieu en 1926 avec la prise de l’Asir, du Jizan et du Najran, régions historiquement yéménites.

Des légations soviétiques (le 16 février) et britanniques ouvrent à Djeddah en 1926.

Des tensions ont alors lieu avec les Ikhwân, désireux de poursuivre la lutte. Abdelaziz écrase militairement les Ikhwân en mars 1929 à As-Sabilah.

Le Royaume d’Arabie Saoudite

le 21 Joumada I 1351 AH / 23 Septembre 1932 AD, Abdulaziz proclame l’unification du pays sous le nom de Royaume d’Arabie Saoudite.

One comment

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *