Breaking News
Home » Actualités » DU FOSSILE AU SOLAIRE : UNE AMBITION STRATÉGIQUE

DU FOSSILE AU SOLAIRE : UNE AMBITION STRATÉGIQUE

Al Uyayna, près de Ryad, est une ville pilote en matière de production d’énergie solaire.

Des ingénieurs testent en ce moment de nouveaux panneaux solaires capable de résister à une tempête de sable. Cette expérience s’inscrit dans le cadre d’un ambitieux projet dont le premier protocole d’accord a été signé le 27 mars 2018 par le prince héritier saoudien Mohammed ben Salmane, avec le groupe japonais SoftBank.

Il s’agit d’un programme de 200 milliards de dollars visant à générer jusqu’à 200 gigawatts d’électricité d’ici 2030, soit 100 fois la capacité des plus grands projets actuels. S’il était construit d’un seul tenant, le parc solaire, baptisé  Solar Village, couvrirait deux fois la superficie de Hong Kong, selon un calcul de Bloomberg News.

« Cela prendra naturellement  du temps » explique Adel al-Sheween, directeur du laboratoire solaire à la King Abdulaziz City for Science and Technology, « mais nous avons toutes les matières premières: le soleil, l’espace et surtout la volonté »

Le site n’est en fait pas récent, puisqu’il fournit en électricité les villages voisins, depuis près de 30 ans, mais avec le noveau projet, il va connaître un développement considérable.

L’Arabie Saoudite utilise le pétrole et le gaz naturel pour répondre à une demande croissante en électricité et pour dessaler l’eau. Sa consommation atteint l’équivalent de  3,4 millions de barils par jour, et devrait monter jusqu’à 8,3 millions de barils dans 10 ans, selon la King Abdullah City for Atomic and Renewable Energy, soit la plus grande partie de la production du royaume.

L’indépendance énergétique du Royaume, qui ne possède pas les ressources en gaz de l’Iran et de Qatar, dépendant donc des énergies alternatives. Mais l’ambition des autorités dépasse largement la consommation domestique. « L’Arabie a depuis longtemps l’ambition de devenir exportateur de pétrole et aussi de gigawatts », explique à l’AFP Ellen Wald, membre du groupe de réflexion pro-saoudien Arabia Foundation et auteur du livre « Saudi Inc ».

L’objectif est d’atteindre 120 gigawatts d’ici 2032. Une ambition qui peut paraître démesurée car elle entraînera aussi la nécessité d’investir des sommes gigantesques dans la modernisation du réseau électrique la construction d’installations de stockage à grande échelle.

L’Arabie saoudite a par ailleurs le projet de construire 16 réacteurs nucléaires civils destinés à la production d’électricité, dans les deux prochaines décennies pour 80 milliards de dollars.

Mais l’électricité d’origine solaire coûte moitié moins que celle d’origine nucléaire.

C’est pourquoi, même si cette volonté entraîne le scepticisme de certains observateurs occidentaux, elle reste une des axes majeurs du programme de modernisation « Vision 2030 » du Prince Mohammed ben Salman

Check Also

MOHAMMED BEN SALMAN À PARIS

Le prince héritier d’Arabie Saoudite Mohammed ben Salmane viendra en visite officielle en France les …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *